Crise RCA/TCHAD : Les sages conseils de Biya requis !

Partagez l'infos...

Deux pays de la CEMAC sont sur le pied de guerre depuis le 30 Mai dernier . Le Tchad accuse la RCA de l,avoir agressé sur son territoire et a renforcé son dispositif militaire pour se préparer à une riposte imminente. Au quai d’Orsay l’heure est au soutien du Tchad et à la ferme condamnation de la RCA. Pendant que Moscou est sur le pied de guerre . Dans une situation aussi tendue, quel peut-être le rôle de Yaoundé pour arriver à l’apaisement ?

Bangui et N’Djamena des frères devenus Ennemis ?

Rien ne va plus entre Bangui et N’Djamena depuis le 30 Mai dernier . Partie d,un incident malheureux , on assiste depuis quelques heures à la préparation d un affrontement militaire entre les deux pays de la CEMAC. Après le communiqué du président du conseil Militaire du Tchad le 30 Mai , Bangui a rompu le silence ce lundi 31 Mai . Pour la RCA et selon la cheffe la diplomatie de ce pays Sylvie Baipo Temon C’est la « cacophonie », orchestrée par les rebelles centrafricains ayant pris fuite en territoire Tchadien qui a « généré un malheureux malentendu » faisant les victimes de part et d,autres. Celle-ci rappelle que c,est plutôt à 400 m de la Frontière avec le Tchad que tout est parti. Et donc il n y avait aucune préméditation ni d,intention manifeste de violer le territoire Tchadien. De plus, Bangui n’ a à aucun moment mentionné la prise d,otages ou d,exécution de soldats tchadiens comme le martèle le Tchad .

Le jeu trouble des puissances étrangères ‘!

Pendant que la tension monte entre le Tchad et la RCA , la France verse de l’huile sur du feu en prenant fait et cause pour le N’Djamena Ce lundi soir. les affaires Étrangères françaises confirment la version du Tchad et condamnent « fermement l’attaque du poste avancé tchadien de Sourou, (…) dimanche et , qui a fait plusieurs victimes », selon le site officiel du Quai d’Orsay. Avait on besoin de cela, pour ces deux pays qui jusqu,ici avaient d’excellentes relations d’amitiés et de Fraternité? Non et non . La Russie de son côté qui selon certaines sources aurait perdu un paracommando dans l’escalade contre les rebelles est très remontée contre tous les soutiens des rebelles centrafricains. Pour elle, une agression de l’Etat souverain de RCA recevrait une riposte appropriée de la part du Kremlin qui voue un soutien indéfectible aux autorités de Bangui. ceci étant, le Tchad et la RCA ne sont pas habités par les russes encore moins les français . Toute escalade de violence occasionnée par un affrontement entre les deux pays avec le soutien de ces puissances ferait des morts africains. Alors non la CEMAC ne saurait être preneur

Paul Biya au secours : la France et la Russie mettent en danger la CEMAC !

En cette circonstance, seul le sagesse peut amener les deux pays frères à l’apaisement . La chance que la CEMAC a c’est qu’il y a encore un grand homme qui justement est le président en exercice de la sous Region. La personne de Paul Biya. L’ homme providentiel du Cameroun est un homme très expérimenté dans la gestion des crises de ce type. On se souvient de la manière avec laquelle il avait géré le conflit frontalier de Bakassi. En bon père de famille, il serait judicieux pour le Tchad et la RCA de solliciter son aide et même son arbitrage. Pour deux raisons : la CEMAC est lancée dans une révolution monétaire silencieuse qui ne s’accommode pas des escalades de violences à tout vent. De plus tout affrontement entre les deux pays va occasionner un afflux de réfugiés au Cameroun qui jusqu’ici héberge plus de 600 milles réfugiés. Yaoundé ne peut plus être le réceptacle des refugiés issus des affrontements irresponsables occasionnés par la manipulation des dirigeants . La RCA et le Tchad sont des pays frères ceux des pays européens qui veulent mettre ces pays à feu et à sang au nom leurs intérêts sont connus. Que Deby et Touadera se ressaisissent la porte de la réconciliation est ouverte à Yaoundé.

Bertin METSENGUE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *