Fonction publique : 493 fonctionnaires licenciés

Partagez l'infos...

C’est la résultante de la phase du contentieux de l’opération de Comptage physique des personnels de l’Etat (Coppe).

Instruite par le chef de l’Etat dans le but de rationaliser la masse salariale tout en luttant contre l’absentéisme des fonctionnaires et agents de l’Etat, cette opération a été salutaire. Après la phase du recensement proprement dit menée entre avril et juin 2018, c’est le ministère de la Fonction publique qui devait prendre le relais pour cette phase du contentieux en auditionnant les mis en cause dont le traitement salarial avait d’ores et déjà été gelé.
Selon le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE, sur un total de 8766 personnels concernés, seuls 601 se sont présentés en dépit de nombreux communiqués des ministères des Finances et de la Fonction publique. Au terme de ces auditions et des délibérations, 493 ont définitivement été révoqués ; tandis que 177 mis en cause ont finalement été réhabilités et reprises en solde simple ; d’autres ont néanmoins écopé de sanctions allant de l’avertissement à l’abaissement d’échelon, en passant par le blâme.
Selon les textes signés du Minfopra le 21 mai dernier, ces personnels ainsi sanctionnés et dont les noms, prénoms, qualité et matricule ont été rendus publics, il s’agit des cadres contractuels d’administration, des informaticiens contractuels, des cadres de génie civil contractuels, des agents contractuels d’administration, des instituteurs contractuels, des contrôleurs des prix, poids et mesures…
En attendant la suite du dossier et le sort qui sera réservé à l’ensemble de ceux qui ne défèreront pas aux convocations et qui sont constitués selon des indiscrétions de fonctionnaires fictifs ou alors partis chercher fortune ailleurs mais continuant d’émarger au budget de l’Etat, l’on peut déjà saluer cette opération. Lors de son lancement en 2018 en effet, le Coppe a été raillé par plusieurs observateurs, estimant qu’il allait accoucher d’une souris à l’instar des précédentes initiatives de recensement du personnel de l’Etat. Les responsables du Coppe leurs démontrent que cet objectif peut être atteint si l’on est déterminé et patriotes.
D’un montant de plus de 1000 milliards de Fcfa, la masse salariale de l’Etat est de plus en plus sujette à caution. En dépit des départs à la retraite des plus gros salaires, elle n’a cessé d’augmenter vertigineusement ces dernières années. D’où la volonté du président de la République d’y voir clair. Les résultats à mi-parcours lui donnent déjà raison, car il est désormais établi qu’un nombre élevé de personnes touchent indument des salaires de l’Etat. Il faut y mettre fin.

Source : journal.rdpcpdm.cm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *