Qualité des produits : des contrôleurs en formation

Partagez l'infos...

Une quarantaine d’officiers de police judiciaire à compétence spéciale reçoivent depuis hier à Yaoundé des enseignements sur la surveillance du marché.

L’on observe une abondance de produits de mauvaise qualité sur le marché national. Tous les domaines sont touchés par ce fleau, notamment l’agroalimentaire, cosmétique, pièces automobiles et autres matériaux de construction. Si certains de ces produits sont issus de réseaux de contrebande, d’autres proviennent de la contrefaçon locale. L’assainissement du marché devient donc impératif pour le développement de l’économie. Et c’est dans ce sens que l’Agence des normes et de la qualité (Anor) vient de franchir un nouveau palier dans sa quête d’un marché sain, contenant des produits de qualité et compétitifs. Ainsi, l’Anor organise depuis hier à Yaoundé, un séminaire de renforcement des capacités d’une quarantaine d’officiers de police judiciaire à compétence spéciale, ayant récemment prêté serment. Pendant quatre jours, ces agents vont se déployer sur le terrain, exactement comme les autres administrations (Mincommerce et douane), avec une particularité que la notion de la qualité sera plus accentuée. 
D’après le secrétaire d’Etat, au ministère des Mines, de l’Industrie et du développement technologique (Minmidt),  Fuh Calistus Gentry, la réussite de cette mission nécessite la mise en place d’un mécanisme efficace et efficient, à travers des ressources humaines compétentes et aptes à répondre aux défis actuels de l’Agence, ainsi qu’aux attentes des populations et des pouvoirs publics. Charles Booto à Ngon, directeur général de l’Anor a indiqué qu’avant, lorsqu’on parlait de surveillance de marché, ce sont beaucoup plus les aspects liés aux prix qui étaient mis en avant. « Aujourd’hui, c’est la notion de qualité qui sera accentuée parce que c’est elle qui détermine si les produits que nous consommons sont de bonne ou de mauvaise qualité », précise le DG. Les participants seront édifiés sur divers points, notamment les fonctions d’officier de police judicaire à compétence spéciale, les techniques de contrôle et de répression des fraudes. La rédaction des actes de procédures appliqués au contrôle de qualité et l’éthique et déontologie du contrôleur sont également sur la liste des modules à présenter.
Source : cameroon-tribune

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *